Vignette Crit’Air et véhicules de collection

Vignette Crit’Air et véhicules de collection

Avec l’instauration du système Crit’Air et le port de la vignette obligatoire, nombre de propriétaires de véhicules de collection hésitent à sortir leur voiture. Sont-ils soumis aux restrictions de circulation visant à interdire les véhicules les plus âgés et les plus polluants dans les zones à faibles émissions mobilité ? Voici un tour d’horizon sur ce qu’il faut savoir sur la vignette Crit’Air et les véhicules de collection.

Crit’Air : un dispositif pour lutter contre la pollution

Pour diminuer l’impact environnemental et améliorer la qualité de l’air atmosphérique, certaines agglomérations françaises ont adopté le certificat Crit’Air. Il s’agit d’un document, sous forme de macaron autocollant, à apposer sur tous les véhicules. Il vise à classer les voitures, les utilitaires légers, les poids lourds et les deux-roues pour identifier les plus polluants.

Il existe plusieurs catégories Crit’Air, départagées en six couleurs et six numéros. Les véhicules roulant aux énergies propres sont classés dans la catégorie 0, ceux qui rejettent le plus d’émissions polluantes se trouvent dans la classe 5.

L’apposition de la vignette Crit’Air est obligatoire et requise pour rouler et stationner dans les zones à faibles émissions mobilité (Paris, Lille, Grenoble, Lyon, Toulouse…) et lors de la circulation différenciée mise en place pendant les forts épisodes de pollution. Chaque collectivité est libre d’imposer ses mesures de circulation aux véhicules polluants, de manière ponctuelle ou définitive. Si les restrictions ne sont pas respectées, les propriétaires des véhicules s’exposent à des contraventions forfaitaires.

Ce dispositif impacte donc les véhicules anciens, et notamment les voitures de collection.

Les véhicules de collection doivent-ils porter une vignette Crit’Air ?

Une dérogation spéciale pour les ZFE-m

Représentant seulement 1 % de la circulation, les voitures anciennes de collection n’ont pas un usage quotidien, mais sont utilisées en loisirs. Elles n’effectuent aucun déplacement professionnel ou domicile-travail. Il est estimé que 5 % de ces véhicules sont munis d’une motorisation diesel. Ainsi, elles n’ont quasiment aucun impact sur l’amélioration de la qualité de l’air et n’ont pas de raison d’être interdite de circulation. Rappelons-le, le dispositif Crit’Air a pour principal objectif de diminuer la circulation quotidienne des véhicules polluants.

La Fédération des véhicules d’époque (FFVE), a ainsi réussi à obtenir une dérogation spéciale, en date du 28 mai 2021, pour les véhicules de collection. Pour qu’elle soit effective, les propriétaires de ces véhicules doivent être en possession d’une carte grise comportant la mention « collection ». De même, ces véhicules ne doivent pas être utilisés au quotidien et doivent avoir une immatriculation antérieure à 1992. Mais attention, cette dérogation n’est, pour le moment, valable que pour la ZFE-m du Grand Paris, de Rouen, Reims et Nice.

Si vous possédez une voiture de collection, vous pouvez donc circuler et stationner librement au sein de ces agglomérations, sans avoir besoin de commander une vignette Crit’Air.

Vers l’instauration d’une vignette dédiée aux véhicules de collection ?

Étant donné que chaque restriction est spécifique à la ZFE-m, les autorités locales des autres agglomérations n’ont pas statué sur la circulation des véhicules de collection. Techniquement, ayant une immatriculation antérieure à 1997, les voitures de collection sont interdites à la circulation. Les associations et les fédérations luttant à la sauvegarde du patrimoine, que représentent les véhicules de collection, ont alors dû négocier avec chaque autorité locale. Une initiative qui a porté ses fruits, puisque les voitures de collection auront des dérogations pour circuler au sein des ZFE-m.

Afin d’unifier la décision, la FFVE milite aussi la création d’une vignette spécifique à destination de ces véhicules de collection (comme l’a fait l’Allemagne) pour les distinguer facilement.